retour aux groupes

Hearts Hearts

Electro, Pop / Autriche (Vienne)
Hearts Hearts
  • Top 1OAvr
Hearts Hearts

Streaming

À propos de

Artistes comparables

Hot Chip, Vampire Weekend, The National

Freestyle

Pop moderne, R&B et soul

" Une bande d’expérimentateurs autrichiens désormais membres du gotha de la pop "

Réunion de talents musicaux indéniables, Hearts Hearts réunit un effort cumulé, celui de quatre jeunes hommes au style vestimentaire impeccable originaires de Vienne. Dès leur premier album, Young, daté de 2016, le groupe a rapidement et intelligemment su exploiter un son multi-instrumental, harmonique et falsetto, mi expérimental, mi R&B. Cinq ans plus tard, Hearts a pleinement embrassé son côté pop chaleureux et harmonique, avec son dernier LP Love Club Members – un jeu de mots sur le Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles. En effet, pendant le confinement, Daniel Hämmerle de Hearts Hearts a consacré beaucoup de son temps à l’écoute du groupe légendaire, ce qui n’est pas sans conséquences dans leur nouveau son épuré.

Une bonne base et de solides fondations en termes de batterie sont toujours au cœur d’un bon groupe, demandez à Fleetwood Mac. Hearts Hearts ne fait pas exception à cette règle, mais à la place de Mick Fleetwood, c’est le solide Johannes Mandorfer qui prend ce travail en charge pour créer des beats R&B rythmiques, aux côtés de Peter Paul Aufreiter dans le rôle de John McVie, dont la basse retentissante est présente du début à la fin de chaque chanson aux côtés d’autres sons de synthé plus légers. Pour compléter le quatuor, le chanteur-songwriter mais également auteur publié David Österle lie de sa voix sombre et séduisante les différents instruments.

Credits: Tim Cavadini

 

Au terme de trois années de préparation, Love Club Members apparaît comme une beauté pop bigarrée, un gospel pour les enfants de l’indie qui possède suffisamment d’âme pour séduire les Dieux de la diffusion radio. Dans Rub My Eyes, le groupe prend un tournant plus joyeux que son habituel ton sombre, tandis que dans The Fan, Österle invoque l’esprit disparu des paroles qui incitent au po-go aux côtés de l’artiste autrichienne en pleine ascension OSKA. Dans cet album, la panne d’inspiration n’existe pas, que l’on soit plongé dans la douceur de Some Oceans Away qui rappelle Simon & Garefunkel ou dans Jungle Dynamique de Wild at Heart. Mais quelles que soient les directions qu’ils décident de suivre, au final le son de Heart Heart reste assurément pop, une pop qui a su se développer au fil du temps pour devenir quelque chose de puissant, d’indéniable et d’empli d’amour. Que vous soyez membre de cette tribu ou non, ces chansons ont toutes quelque chose à apporter à chacun.