Actualités

Quand la vie vous envoie des citrons

5 min read


Quand la vie vous envoie des citrons

Bonjour d’Irlande !

Ici James Hendicott, plume d’Europavox pour l’île d’Émeraude. Nous espérons que vous avez tous passé un excellent été. Le nôtre a été inhabituel, une montagne russe d’émotions parcourue d’angoisses, mais aussi marquée par un recentrage sur ce qui est important et par la volonté de se rassembler en tant que communauté.

Comme le dit le proverbe, quand la vie vous envoie des citrons, faites-en de la limonade. Ou, plus approprié à l’Irlande de nos jours, quand la vie vous impose la fermeture des pubs, allez frapper à la porte de derrière et demandez au barman de vous faire passer une Guinness par l’entrée de service.

Alors oui, cette période a été anormale pour nous tous, et ici à Europavox nous espérons que vous avez de votre côté trouvé les moyens de la rendre aussi agréable que possible. L’Irlande étant une nation insulaire, le thème récurrent pour beaucoup d’entre nous aura été la redécouverte de nos propres campagnes, dans le respect des distances sociales : promenades le long de la côte ouest accidentée ou encore redécouverte des collines et des vallées du comté de Wicklow.

Bien sûr, les musiciens, qui sont par nature créatifs, ont adopté une approche différente à cette obligation de s’éloigner de leur vie (peu) conventionnelle et de la scène, et bien que cette période a clairement été très difficile, des « limonades » absolument délicieuses ont été produites dans tout le pays.

d1e2c7b8-73a9-406f-9e5d-9cc1a0ff916b

Prenez le chouchou d’Europavox Daithi. Cet homme de la côte ouest a toujours porté haut son pays et son patrimoine, créant de belles pistes où il sample les sons de l’ouest de l’Irlande, voire même la voix de sa propre grand-mère. En guise de clin d’œil, il a passé ce temps de confinement à créer un espace permettant à d’autres artistes de faire de même dans son comté natal de Clare.

La semaine dernière, Daithi a annoncé l’ouverture – et la réservation pour une grande partie du reste de l’année – d’un espace de création appelé The Beekeepers, dans les environs rocheux du Burren, conçu spécialement pour mettre à disposition, des musiciens qui veulent suivre ses traces, un lieu créatif, décontracté et entièrement équipé. Cet espace a le potentiel d’offrir un héritage durable à la musique irlandaise, et le confinement a été passé à le rénover.

Dans la capitale Dublin, qui est ces temps-ci exceptionnellement calme et qui n’accueille que des concerts occasionnels de moins de 50 personnes, l’ancien bassiste des Otherkin, David Curley, a achevé la transition qui l’a vu passer de médecin à rock star puis à propriétaire de studio. Son nouveau projet, The Clinic, s’est fortement concentré sur les exigences techniques de l’analogique dans la production musicale et, depuis son lancement la semaine dernière, a déjà accueilli deux grands noms locaux, James Vincent McMorrow et JYellow.

David Curley affirme que la pandémie a été un moment positif pour lui, expliquant qu’elle lui a « donné l’occasion de prendre du recul, de réexaminer le produit final et de terminer le studio d’une manière qu’il n’avait pas envisagée auparavant » Un beau studio qui pourrait bien devenir l’un des lieux les plus importants de la ville.

SM_1119_0170

Et concernant la créativité leftfield, le Kirkos Ensemble a réalisé l’un des projets live les plus inhabituels de ces dernières années, en achevant récemment une semaine d’activités mettant en valeur Dublin, au prisme du thème du changement climatique. Dans un projet appelé Biosphère le collectif a ainsi joué des instruments à cordes sur une plage jusqu’à ce que la marée les rattrape, a pratiqué le Tai Chi dans une Zorb Ball remplie de plastique déchiqueté ou a encore recréé un jeu de lancer à l’aide d’un piano.

Dans ces temps étranges, notre culture continue donc à briller dans toutes ses franges les plus créatives. Il y a beaucoup de moyens de tirer le meilleur parti d’une mauvaise situation.

Et vous, quelle est la recette de votre limonade ?

 

James